Tout savoir sur le revenu d’intégration

Il peut arriver au cours d’une vie que tu aies besoin d’un coup de main pour diverses raisons : reprise d’études, séparation de tes parents ou encore prise en main de ton autonomie. Sache que si tu n’arrives pas à joindre les deux bouts, le revenu d’intégration sociale peut être une solution temporaire. Infor Jeunes t’expose les conditions requises afin de pouvoir en bénéficier.

Si tes revenus sont insuffisants et que tu ne peux pas changer cette situation, tu as le droit de bénéficier d’une aide du CPAS (Centre Public d’Action Sociale). Il s’agit du revenu d’intégration social, autrement appelé RIS.

Quelles sont les conditions à remplir pour bénéficier du RIS ?

Les demandes pour l’obtention d’un RIS doivent être adressées au CPAS de la commune où tu es domicilié. Afin de bénéficier de cette aide, tu dois fournir certaines informations telles que ton identité, le montant de tes revenus, ceux des membres de ta famille, etc. De plus, tu es également dans l’obligation de répondre aux conditions suivantes :

  • Être belge, apatride/réfugié reconnu, étranger inscrit au registre de la population ou citoyen de l’Union européenne bénéficiant d’un droit de séjour supérieur à 3 mois ;
  • Être âgé de 18 ans minimum, sauf pour les mineures enceintes, émancipées par le mariage ou ayant un ou plusieurs enfants à charge ;
  •  Résider habituellement et effectivement en Belgique de façon permanente et légale ;
  •  Avoir un revenu « insuffisant » (inférieur au revenu d’intégration) et être dans l’incapacité d’y remédier par des efforts personnels ;
  •  Être disposé à travailler, à moins de justifier des raisons de santé ou d’équité.

Après analyse de ta demande, c’est le CPAS qui décidera si oui ou non tu es en droit de percevoir une aide financière.

À quel montant as-tu droit ?

Le montant dépend de ton statut (isolé, cohabitant, avec enfants à charge). Lorsque tu vis :

  •  Si tu vis avec une ou plusieurs personne(s) et que tu es considéré comme cohabitant, tu appartiens à la catégorie « cohabitant ». Le revenu d’intégration s’élèvera donc à 626,74 euros par mois ;
  • Seul, tu appartiens donc à la catégorie « isolé ». Tu as la possibilité d’obtenir 940,11 euros par mois ;
  • Avec au moins un enfant mineur, tu appartiens à la catégorie « personne vivant avec une famille à charge ». Le RIS s’étend alors à 1.270,51 euros par mois. Sache que celui-ci peut également être partiel : si tu perçois déjà certains revenus (allocations familiales, pensions alimentaires, etc.), tu devras les déduire du RIS auquel tu as normalement droit.

Attention aux sanctions

Si tu oublies de déclarer des ressources ou si tu fais des déclarations incorrectes, le paiement du RIS peut être totalement ou partiellement suspendu pour une période de 6 mois maximum. À toi de veiller à ce que toutes les informations que tu donnes au CPAS soient correctes. Si tu as des questions, n’hésite pas à te rendre au CPAS de ta commune ou dans l’un de nos centres Infor Jeunes.

Plus d’infos ?

Quels sont les différents types de vacances ?

Tu es entré dans le monde du travail récemment et tu espères pouvoir prendre des jours de congé pour partir en vacances ? Tu as cependant entendu dire qu’il faut avoir travaillé un certain temps avant de pouvoir en bénéficier ? Sache que si tu es salarié (employé ou ouvrier), il existe trois types de vacances auxquelles tu peux prétendre. Infor Jeunes te les détaille dans ce qui suit.

Les vacances annuelles

Les vacances annuelles sont calculées sur base de l’ensemble de tes prestations de travail de l’année civile précédente, autrement appelée année de référence. Pour l’année 2020, on tient compte de tes prestations de 2019. Le calcul se fait au regard du nombre total de mois accomplis si tu es employé ou de jours prestés si tu es ouvrier.
Si tu as travaillé pendant toute l’année 2019 et que tu étais occupé 5 jours par semaine, tu auras automatiquement droit à 4 semaines de vacances/20 jours.
Si par contre tu n’as travaillé que pendant une partie de l’année 2019 (par exemple : tu as fini tes études en juin et tu as commencé à travailler en septembre), le nombre variera en fonction du nombre de mois ou de jours de travail. Dans ce cas, tu pourras éventuellement compléter ton nombre de jours de vacances annuelles avec ton droit aux vacances jeunes ou européennes. Attention, la durée totale de tes vacances ne pourra en aucun cas dépasser 4 semaines. Pour plus d’informations sur le calcul, tu peux te rendre sur le site de securex.eu.
Si tu es employé, tu perçois ta rémunération habituelle pendant tes vacances annuelles. En tant qu’ouvrier, le montant total correspondant à ces vacances t’est versé une fois par an au même moment que ton double pécule de vacances.

Les vacances jeunes

Afin de pouvoir bénéficier des vacances jeunes, il faut d’abord que tu répondes aux conditions suivantes :

  • Être âgé de moins de 25 ans au 31 décembre de l’année où tu as commencé à travailler ;
  • Avoir terminé tes études, ton apprentissage ou ta formation au cours de l’année où tu as commencé à travailler ;
  • Être lié pendant au moins un mois par un ou plusieurs contrats de travail au cours de l’année où tu as commencé à travailler. Un contrat de travail étudiant ne peut pas être pris en compte.

Tu dois ensuite remplir le formulaire C103 que tu obtiens auprès de la CAPAC, d’un syndicat ou d’un bureau de chômage de l’ONEM.

Si ta demande est acceptée, tu auras droit aux vacances jeunes l’année suivante (par exemple : si tu introduis ta demande cette année, tu bénéficieras des vacances en 2021). Pour ces jours, tu percevras une allocation de l’ONEM qui s’élève à 65% de ta rémunération brute et plafonnée à 2.323,18 € par mois.

Les vacances européennes

Si tu ne peux pas prétendre ou plus aux vacances jeunes, tu as la possibilité de recourir aux vacances européennes pour compléter tes vacances annuelles. Les conditions sont moins strictes puisqu’il suffit d’avoir travaillé au moins 3 mois pendant l’année civile au cours de laquelle tu désires prendre tes congés. Après ce délai de 3 mois, tu as droit à 5 jours de congé. Ensuite, le nombre évolue de la même manière que pour les vacances annuelles. Pendant tes congés européens, tu perçois le même salaire que lorsque tu travailles. Cependant, le montant correspondant sera déduit de ton pécule de vacances de l’année suivante et, si celui-ci ne suffit pas, des années ultérieures.

Sources

La mutuelle, à quoi ça sert ?

Qu’est-ce que la mutuelle ? Quel est son fonctionnement ? Tu as déménagé et tu souhaites savoir s’il est possible de rester à charge de tes parents ? Es-tu réellement obligé d’en avoir-une ? Toutes ces questions peuvent dans un premier temps te faire peur, mais Infor Jeunes est là pour t’éclairer sur le sujet.

C’est quoi une mutuelle ?

La mutuelle est un organisme de protection sociale garantissant à tout individu le droit à certaines prestations lorsqu’une situation le prive d’une partie (ou) de la totalité de ses revenus (maladie, chômage, etc.) ou engendre des frais à supporter (soins de santé, éducation des enfants, etc.). Elle permet de bénéficier de trois types d’assurances sous certaines conditions :

  • L’assurance obligatoire de base (sécurité sociale)
    Dès que tu t’inscris dans une mutuelle, tu bénéficies de l’assurance obligatoire. Cette assurance qui est identique dans chaque organisme te permet d’être remboursé des frais médicaux (ex: visites chez le médecin, certains médicaments, examens médicaux).

Elle te donne aussi droit à d’autres avantages comme le bénéfice des revenus de remplacement en cas de maladie de courte ou de longue durée ainsi que durant un congé de maternité ou de paternité.

  • L’assurance complémentaire (services des mutuelles)
    L’assurance complémentaire est aussi obligatoire dès lors que tu t’inscris dans une mutuelle. Elle existe dans toutes les mutuelles, mais les remboursements octroyés peuvent être différents en fonction de celle-ci.

Cette assurance complémentaire te permet de bénéficier de diverses interventions telles que la contraception, l’inscription à un club sportif, les consultations chez une diététicienne, les cours d’auto-école, l’achat de lunettes, le prêt de béquilles, etc.

Sache qu’il existe un organisme public, la CAAMI (Caisse auxiliaire d’assurance maladie-invalidité), qui octroie uniquement les prestations de l’assurance obligatoire de base sans proposer d’assurance complémentaire.

Tu seras donc couvert pour tous les services que la sécurité sociale prend en charge (médecin, hospitalisation en chambre commune, opérations, etc.).

  • Les assurances hospitalisation ou dentaire
    Si tu pratiques des activités à hauts-risques, que tu présentes des soucis de santé importants ou que tu veux être particulièrement couvert en cas d’accident, il existe certaines assurances. Celles-ci te permettent d’obtenir des remboursements plus importants lors d’une hospitalisation. Cette souscription est payante et certains organismes t’obligent à prester un stage d’attente, en général de six mois, pendant lequel tu n’es pas couvert.

Quelle mutuelle choisir ?

Par facilité, beaucoup de jeunes restent affiliés à la mutuelle de leurs parents. Dans le cas contraire, il est intéressant que tu puisses comparer les avantages octroyés par les différentes mutuelles et choisir selon ta situation celle qui t’offre le plus d’avantages.

N’hésite pas à te rendre dans le centre Infor Jeunes le plus proche pour avoir plus d’informations ou à parcourir la FAQ de notre site www.inforjeunes.be.

Plus d’infos

Sur l

Forem, Onem, qui fait quoi ?

Tu viens de terminer tes études et le nom de ces deux institutions te dit quelque chose ? Tu sais que tu vas devoir t’adresser à elles … mais pour quoi exactement ?
Quoiqu’étroitement liées, le Forem et l’Onem sont en effet deux entités distinctes qui ont des attributions différentes. On va t’expliquer tout ça !

Quel est le rôle du Forem ?

Tu viens de terminer tes études ? Bienvenue dans le monde du travail ! Le premier réflexe qui t’est vivement conseillé d’adopter est de t’inscrire comme demandeur d’emploi auprès du FOREM directement après la fin de ton cursus scolaire. Tu peux effectuer les démarches en ligne ou directement dans l’un des bureaux du Forem le plus proche de chez toi. Tu devras dès lors patienter 310 jours avant de pouvoir bénéficier d’une allocation de chômage. Cette période de transition est appelée « stage d’insertion ». Ce moment d’attente est la période qui débute après tes études au moment de ta première inscription au Forem. Ton rôle sera alors de rechercher activement un emploi.
Sache qu’un conseiller Forem te contactera durant cette période de recherche afin de t’accompagner dans tes diverses démarches. Il s’occupera également de t’informer et de t’orienter vers des formations ou des aides à l’emploi (passeport A.P.E).

L’organisme propose plus de 250 formations pour pallier à des métiers en pénurie ou en crise (instituteur, plombier, maçon…). Celles-ci pourraient en effet déboucher sur un emploi et te permettraient également de te réorienter en cas de besoin. Si tu souhaites obtenir la liste des jobs en pénurie, rends-toi sur le site du Forem : métiers porteurs.

Attention, il ne faut pas oublier que le Forem contrôle également tes efforts en matière de recherche d’emploi et en cas d’évaluation négative, tu pourrais être sanctionné. Il est dans ton intérêt de respecter les conseils de ces professionnels, sois donc vigilant.

Et l’onem dans tout ça ?

L’Onem quant à lui, est une institution publique de sécurité sociale qui s’occupe du système d’assurance-chômage.
Si le Forem estime que ton dossier est en ordre, c’est bien l’Onem qui déterminera de ton droit aux allocations de chômage (ou d’insertion) ainsi que le montant qui te sera octroyé. L’institution est également chargée de la vérification des allocations payées par les organismes de paiement (les syndicats ou la CAPAC). On peut donc le considérer comme un organe exécutif du Forem.
Enfin, c’est également l’Onem qui octroie le droit à un jeune demandeur d’emploi de vivre une expérience à l’étranger, en lui accordant par exemple, une interruption de stage d’insertion. Si tu souhaites avoir plus d’informations sur ce sujet, n’hésite pas à te rendre sur le site de l’Onem.

What’s next ?

Tu l’auras compris, il n’est pas toujours facile de comprendre le rôle de ces deux institutions. Si tu souhaites obtenir plus de détails sur les démarches à effectuer après tes études, sache qu’Infor Jeunes a également créé la brochure « What’s next ?« . Celle-ci répondra à toutes tes questions.

Plus d’infos ?

Et si tu te joignais au Forum des Jeunes ?

Tu as entre 16 et 30 ans et tu as envie de t’engager en tant que citoyen ? Tu as une voix et tu aimerais l’exprimer ? Alors il y a de grandes chances que le Forum des Jeunes t’intéresse ! On t’explique ici d’où il vient, comment il fonctionne et quelles sont ses missions.

Le Conseil de la Jeunesse s’offre un nouveau visage

Tu avais peut-être déjà entendu parler du Conseil de la Jeunesse ? C’est tout simplement l’ancien nom du Forum des jeunes, qui a évolué par la même occasion. En effet, suite à des difficultés rencontrées par le Conseil de la Jeunesse, les jeunes qui faisaient partie de son Assemblée Générale ont pris conscience que la formule devait se réinventer . Il était notamment question de prendre davantage en compte le désir de participation active des jeunes. De là est ainsi né, en mai 2019, le Forum des Jeunes.

Les mots d’ordre de ce nouvel organisme sont : «Écouter, se rassembler et agir». Écouter les projets, revendications et idées innovantes des jeunes concernant leur avenir . Se rassembler au sein d’un forum citoyen pour réfléchir ensemble aux revendications des jeunes. Agir en établissant un plan d’action et en diffusant le message des jeunes, en les représentant à tous les niveaux.

Mais c’est quoi, exactement ?

Ce forum est en fait le porte-parole des jeunes âgés de 16 à 30 ans en Fédération Wallonie-Bruxelles. Grâce à lui, tous les jeunes qui le souhaitent peuvent exprimer des avis sur les sujets qui leur tiennent à cœur : climat, développement durable, égalité sociale, emploi, toute thématique liée à la jeunesse est possible.

Les échanges favorisés par les activités du Forum des Jeunes offrent aux jeunes la possibilité de se questionner sur des enjeux locaux, nationaux et internationaux ayant un impact sur la jeunesse.

Comment ça fonctionne ?

L ’organisation de ce forum est centrée autour de projets concrets que des jeunes issus d’horizons différents auront décidé de mener collectivement.

Ce collectif écoute les voix des jeunes et les fait résonner via l’émission d’avis officiels portant une parole collective et représentative de la diversité, mais aussi via la représentation des jeunes lors de conférences nationales et internationales, ainsi qu’à travers la réalisation de projets d’initiative citoyenne. Ces projets sont définis lors de journées participatives mettant en lumière les principales préoccupations des jeunes belges francophones.

En plus d’exercer un rôle de plaidoyer politique, le Forum des Jeunes met la participation des jeunes au cœur de ses actions. Concrètement, il permet la réalisation de projets par et pour les jeunes, les rendant acteurs de la société.

Quelles sont ses missions principales ?

Le Forum des jeunes suit trois grandes missions :

  • Porter la vision de la jeunesse belge aux décideurs de notre pays et à l’étranger
  • Défendre les idées des jeunes et concrétiser leurs projets ;
  • Rendre les jeunes acteurs de la société de demain.

Ensemble, ces trois missions permettent au Forum des jeunes de poursuivre l’un des objectifs principaux du secteur Jeunesse : former des CRACS, des Citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires.

Plus d’infos

www.forumdesjeunes.be

Envie de devenir animateur pour enfants ? Passe le brevet !

Chaque année durant les congés scolaires, de nombreuses communes et ASBL organisent des stages et des vacances pour enfants. Tu as 16 ans ou plus et tu aimes t’occuper d’enfants ? Alors pourquoi ne pas devenir animateur-trice et t’investir dans un domaine amusant et gratifiant ?

Si tu suis déjà des études en agent d’éducation ou en techniques d’animation, tu connaitras déjà une partie des contenus, mais la formation te permettra de t’ouvrir à une autre approche du métier et de parfaire tes connaissances… avec un brevet à la clé !

Comment s’organise la formation au brevet ?

Selon l’organisme de formation, les manières de faire sont différentes, mais il y a un certain nombre de points communs. Tout d’abord, la formation au brevet se compose toujours de plusieurs modules, organisés chaque année durant les congés scolaires ou en weekends : tu peux donc la suivre en parallèle de tes études, pas besoin de tout arrêter !

La formation a également la particularité de se dérouler en résidentiel, c’est-à-dire que tu loges sur place avec les autres stagiaires, venus de toute la Fédération Wallonie-Bruxelles. Enfin, la formation a une durée de 300h, ce qui correspond en moyenne à 15 jours de «théorie» et 15 jours de stage pratique. Tu as droit à un délai de trois ans maximum pour réaliser l’ensemble la formation, mais il est souvent possible de la terminer plus vite : en deux ans, un an, voire parfois six mois selon l’organisme !

Outre la durée, d’autres éléments peuvent varier d’un organisme à l’autre : le nombre de modules ou de stages pratiques, le prix, les lieux, les conditions d’accès, ou encore la possibilité ou non de choisir ses périodes de formation. N’hésite pas à te renseigner pour trouver la formule qui te convient le mieux !

Une formation pour apprendre autrement

Participer à la formation au brevet est aussi l’occasion d’expérimenter d’autres façons d’apprendre que celles généralement employées à l’école.
Les organismes habilités ont en effet comme mission de sensibiliser les stagiaires aux méthodes dites d’éducation permanente.

Concrètement, il s’agit de te rendre au maximum acteur de ta formation. Comment ? En t’incitant à donner ton avis et à (te) poser des questions, en utilisant le jeu pour aborder la théorie, en t’exerçant à créer et à animer des activités, en t’apprenant à t’autoévaluer, etc.

Quels sont les débouchés ?

Comme dit plus haut, le brevet est la qualification idéale pour travailler dans les centres de vacances pour enfants organisés durant les congés scolaires (plaines, séjours et camps) : tu seras donc prioritaire, voire même recherché ! Par ailleurs, si tu souhaites faire un métier en lien avec l’enfance, la formation au brevet est un bon moyen de te tester et de voir si ça te plaît avant de te lancer dans un bachelier…

Enfin, que ce soit dans le secteur social, culturel, enseignant, jeunesse, aide à la jeunesse, et même de manière générale, le brevet te permet également de booster ton CV et peut t’aider à décrocher plus facilement un emploi !

Alors, prêt à vivre cette aventure ?

Billet rédigé par notre partenaire CJLg

Tout savoir sur le statut étudiant

Tu as certainement déjà entendu parler du statut de chômeur, d’indépendant, d’employé, d’ouvrier et de l’étudiant. Comme tu le sais, avoir ce statut te permet de bénéficier de certains avantages non négligeables. Il est donc primordial pour toi de comprendre ses règles et ses particularités. Infor Jeunes t’en dit plus !

Une notion assez fluctuante

Allons droit au but : ce statut n’existe pas dans la loi ! Néanmoins, être étudiant signifie que ton activité principale est d’étudier. Pour cette raison, tu dois être inscrit dans une école et fréquenter les cours de manière régulière et assidue. Mais attention, la définition de ce statut diffère pour les lois sociales.

Le contrôle des Lois Sociales

Selon eux, pour pouvoir exercer un job étudiant, il faut que tes études constituent ton activité principale et qu’elles passent en priorité. Ton job étudiant est donc une activité accessoire au second plan. Pour pouvoir être reconnu comme « étudiant » tu dois répondre à trois conditions :

  1. Être inscrit dans un établissement scolaire d’enseignement secondaire ou supérieur à temps plein. Attention, tu ne pourras pas être reconnu comme étudiant si tu suis des cours d’enseignement à temps partiel comme des cours du soir (hors horaire décalé) ou une autre forme d’enseignement à horaire réduit ;
  2. Suivre une formation en alternance à condition que ton job se fasse en dehors de tes heures de stage ET chez un autre patron (à l’exception des mois de juillet et août) ;
  3. Ne pas recevoir d’allocations de chômage ou d’insertion.

Au niveau des allocations familiales

Tout d’abord, sache que les allocations familiales sont versées de manière inconditionnelle jusqu’à l’âge de tes 21 ans. Au-delà, pour pouvoir continuer à en bénéficier en tant qu’étudiant, tu dois respecter ces trois règles :

  1. Fréquenter une école
    Tu dois être inscrit à minimum 17 heures de cours par semaine dans l’enseignement secondaire ainsi que fréquenter les cours et ne pas arrêter ton cursus. Dans l’enseignement supérieur, tu dois être inscrit à 27 crédits (ECTS) par an au 30 novembre de l’année académique concernée ;
  2. Respecter un certain nombre d’heures de job étudiant
    Tu ne peux pas dépasser le maximum de 240 heures par trimestre. Cette règle ne s’applique pas lors du troisième trimestre dans le cas où tu continues des études l’année suivante ;
  3. Être vigilant par rapport à l’alternance
    Si tu es en contrat d’alternance (CEFA, IFAPME), tu ne peux pas percevoir plus de 551,89€ bruts par mois. Ce montant concerne tes indemnités de formations et ton salaire de jobiste.

Au niveau de la mutuelle

En tant qu’étudiant tu restes « personne à charge », c’est-à-dire que tu continues à bénéficier des avantages de la mutuelle de tes parents (organisme privé ou CAAMI). Cela est valable jusqu’à tes 25 ans, jusqu’au moment où tu te lances dans la vie professionnelle ou dès que tu touches des allocations de chômage/insertion.

Bien entendu, d’autres organismes sont compétents en la matière. Si tu souhaites en savoir plus, n’hésite pas à prendre contact avec Infor Jeunes ou consulte la brochure « Action Job Etudiant » sur notre site web.

Plus d’infos ?